Construire une cheminée : ce qu’il faut savoir

La cheminée désigne un conduit vertical aménagé pour utiliser un feu à l’intérieur d’un bâtiment (chauffage, cuisine, décoration, etc.), évacuer les gaz et fumées toxiques résultant de la combustion et prévenir les incendies. Elle évite les dépôts de suie, protège contre la rouille et les détériorations issues du ramonage mécanique. La réalisation d’un conduit de cheminée répond à des normes précises. Ces travaux de maçonnerie sont réservés aux maçons professionnels.

Conduit de cheminée extérieur

La création d'une cheminée est une opération complexe qui requiert l'intervention d'un maçon professionnel.


Le conduit

Le conduit est la zone située entre la souche de la cheminée (lire notre article sur la rénovation de cet ouvrage) et le plafond de la pièce. Le conduit de cheminée extérieur représente la partie visible qui repose au sommet de la couverture d’un édifice. Le raccordement est la partie qui relie le foyer fermé (ou insert) au canal de la cheminée.

Ce raccordement est une canalisation en simple paroi souple ou rigide, accessible via une trappe de visite pouvant être une grille de ventilation d’air chaud sur la paroi de la hotte. Contrairement à celui d’un poêle, il n’est pas visible mais reste caché dans la hotte.

Il existe deux types de conduits de cheminée, les conduits métalliques et les conduits maçonnés. Les habitations modernes, correctement isolées et à faible empreinte carbone, disposent de mécanismes qui régulent les flux d’air. Mais, en général, elles ne sont pas compatibles avec un trou dans le plafond qui aspire la chaleur du bâtiment.

Les étapes de la construction d'une cheminée

La première étape consiste à protéger les murs, à moins qu’ils ne soient déjà revêtus d’un enduit en plâtre. Vous devrez absolument retirer tous les composants sensibles (lambris, panneaux composites, moquette, papier peint, cloisons en bois, polystyrène, etc.) à la chaleur qui côtoient la surface de la cheminée et les remplacer par un isolant.

Si la paroi est inflammable, pensez à protéger sa surface avec un matériau classé M0 ou M1 correspondant à 30 mm d’isolant fibreux avec feuille d’aluminium et séparez l’installation de l’isolant avec une couche d’air d’au moins 30 mm d’épaisseur. Lors de la pose de votre cheminée, prenez garde aux éventuelles pièces de bois cachées dans la structure du gros œuvre, aux câbles électriques oubliés dans le mur ainsi qu’aux revêtements de mur qui peuvent dégager des odeurs en chauffant.

Arrivée d’air

Toute ventilation supplémentaire est interdite dans le local abritant un appareil à combustion relié à une conduite de fumée à tirage naturel, ainsi que dans toute pièce proche. Le fonctionnement d’un appareil à foyer ouvert ou fermé requiert une amenée d’air spécifique, obturable ou non, située idéalement face au vent. Quand c’est impossible à réaliser, il faut la relier directement au foyer depuis l’extérieur par un canal et se référer aux dimensions du fabricant. (DTU 24.2)

Pose du foyer et habillage



Installer le foyer de la cheminée revient à l’immobiliser au sol avec des pieds métalliques ou des moellons. Il faudra aussi le raccorder au conduit pendant cette étape. L’habillage englobe la réalisation de la hotte pour les cheminées sur-mesure et le montage d’éléments préfabriqués pour les modèles de série.

Il faudra installer un placo associé à un isolant anti-feu sur l’intégralité de la surface intérieure de la hotte et dissimuler la base du foyer ainsi qu’une partie du caisson. Il ne restera plus qu’à fixer les grilles de sortie d’air chaud et construire un faux plafond à 30 cm du vrai.

A lire aussi

Murer ses portes et fenêtres
Faire construire un escalier intérieur en béton
La construction de cloisons en bref
Les méthodes pour ouvrir un mur
Quels sont les petits travaux de maçonnerie ?

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur.
Plus d'info Accepter