La construction de murs extérieurs

Pour délimiter un terrain, créer des espaces distincts, le mur, qu’il soit en briques, en pierres ou encore en béton, s’avère être le type de construction idéale pour répondre à ce type de besoin. Dans le cadre de notre dossier sur la maçonnerie paysagère, découvrez tout ce qu'il faut savoir sur les murs extérieurs.

Ce qu’il faut savoir

Il existe divers modèles de murs extérieurs. La plupart du temps, ce type de structure permet de délimiter une zone définie ou de clôturer un jardin. Toutefois, il peut également protéger une propriété contre les intrusions ou empêcher les déformations de terrain. Les murs peuvent également servir à embellir et à personnaliser les lieux.

Ce type de construction peut être réalisé avec plusieurs matériaux s’accordant avec le style de votre maison.

Le type de mur le plus courant est celui en pierre. À ériger en hors gel, il nécessite de la patience et coûte plus cher que les autres matériaux, mais le résultat est très résistant et fiable.

Fréquemment utilisé en construction, le béton cellulaire est apprécié pour sa robustesse ainsi que sa grande résistance aux flammes et à l’humidité.

Tout comme la pierre, la brique est un matériau couramment utilisé dans les travaux de construction. Ce dernier est surtout apprécié pour ses capacités isolantes qui retiennent la chaleur en hiver et redistribue la fraicheur en été.

Le parpaing, également connu sous l’appellation de béton, est l’élément le plus apprécié lors des travaux de construction. Réalisé à partir de matière naturelle, il est très solide et résiste au feu. De plus, c’est un excellent isolant thermique et phonique présentant un bon rapport qualité/prix.

Les implications légales de ce type de structure

Lors de la construction de votre mur extérieur, vous devez vous assurer qu’il n’enfreint aucune réglementation si vous vivez aux abords de la propriété de quelqu’un d’autre. Dans ce cas, il faudra vous renseigner sur les murs mitoyens. Ce type de construction sépare deux propriétés et peut donc appartenir à deux personnes simultanément. Cependant, seul l’un des voisins peut réellement en être le propriétaire.

Pour déterminer ce point, il est nécessaire de définir qui dispose d’un titre de propriété sur le mur. Si l’un des voisins s’est occupé de la construction durant plus de 30 ans, il lui appartient légalement. Le cadastre peut également déterminer à qui le mur revient.

Une fois le propriétaire du mur défini, vous devez connaitre certains points juridiques concernant ce dernier. Si la construction ne vous appartient pas et que vous comptez réaliser des travaux de surélévation, vous devez prévenir le propriétaire. Dans le cas contraire, il peut intenter une action en justice contre vous. Il en va de même si vous comptez créer de nouvelles structures adossées ou posées sur le mur.

L’autorisation du propriétaire est nécessaire, au risque qu’il vous poursuive devant les tribunaux. Par contre, s’il ne vous donne pas son accord pour des raisons peu évidentes, vous pourrez lui intenter un procès. Si vous souhaitez mettre en place des plantations qui prendront appui sur la construction, vous n’aurez pas à demander d’autorisation. Toutefois, vous devrez vous assurer que la végétation ne dépasse pas du côté de vos voisins.

Vous pouvez également consulter :

Choisir un barbecue fixe
Construire une terrasse
Les différentes allées de jardin
Ce qu’il faut savoir sur la construction d’un puits
La création et rénovation d’escalier paysager en béton

Ce site utilise des cookies pour optimiser votre expérience utilisateur.
Plus d'info Accepter